La mort de Zayd Uhmad à la Une de « Les annales coloniales », 10 mars 1936

Mots-clés

, , , , , ,


Capture d’écran 2014-11-10 à 16.37.28 Capture d’écran 2014-11-10 à 16.38.57Source : BNF

Publicités

Ussif (extrait) seg wungal « Imeggura g Yimaziɣen »

Mots-clés

, , , , , , ,


Reẓmeɣ-d diɣ allen ɣef tudert. Maka, matta tudert ? Ddaw tudert. Gar tudert. Tmessus amm waluḍ. Tennegza. Telqaq. Terẓa. Iffeɣ-tt waḍu n ugari, n waddur d ugemmir. Tuf-tt tmettant. Tudert n yiɣed. Iɣed n tlelli aneɣ-ittyakksen, ikemḍen dat wallen-nneɣ afella n yidurar n Waṭlas. Ssneɣ is ur sar nbeddi. Nerẓa seg wammas. Nekna allig da nettelleɣ akal. Allig da nessudum tizukin-nneɣ. «Ca ɣifes azaglu, ca la as-tettuga tariyt [1]». Awed yan inejmen. Ur sar nusiy iɣef ɣer igenna, nger izlan ɣef tlelli d tayri. Aters-nneɣ iɣwba. Yugem. Asafar-nnes iga-t ugari, maka ur ɣurneɣ illi. Tunant taberrkant ayed aneɣ-iwtan g uqerru, tessgerd anelli, tneɣ degs ired n usirem. Ufiɣ-d amaḍal n Ayt Yafelman irdel. Innegwdem. Amm udrar iwta usettiɣ. Iga iberyan amm ufecku ifrurin. Iftuttes dat wallen-nneɣ ur idmin. Ur nezmir. Ur nedmi. Ur ɣifes ngi. Tamazirt-nneɣ da tettwaɣ ddaw uḍar n Yirumiyen. Andar-nnes da as-nettiselli ku iḍ ig nedda ad ngen. Andar-nnes idus. Taɣect-nnes da tessergigi iẓuran, tessreɣ degsen idammen. Idammen-nneɣ, teffeɣ-ten tzuɣi. Tekcem-ten tawda tawraɣt. Ur da aneɣ-ittaǧǧa ad ngen. Nedder g umalu n tḍuri. G teɣmert ur tettinniy tiṭ. Nella ur nelli. Nemmut nɣal is nedder. Γef uɣamu n truẓi imɣi-d ugummu[2] irẓagen amm uferẓiẓ, win tkendawt d tcekkamt. Iɣuma buɣlan, gman amm yibuxxa, nyaddan g tmazirt. Nebḍen-tt, ččan-as anelli. Aṭṭan ikref tamurt. Inɣa-tt. Adis-nnes ur da d-ittarew ɣas imeṭṭawen. Tilelli tekmeḍ. Tettyaker. Tga iɣed.

Tawda-lliɣ ssiwiden Ayt Yafelman s tebɣest-nnsen, tawda-lliɣ ur yufin adɣar agensu n wulawen-nnsen taɣul tga učči-nnsen akuyas. Swan-tt d waman. Selmen-tt d uwern. Uwɣen-as d uɣrum. Tezdeɣ-ten. Tra-ten. Ran-tt. Tettemra degsen amm uselluf asen-issumumen idammen. Icekkamen ur yad da tteffren, ssarden udem s ubeẓẓid irɣan n truẓi. Burzen. Gan afus g win ucengu.

Ungal

Asaḍen n Baddu d Saɣru ucckan. Ku yan d winnes. Ka immut. Ka iga amɣar yager wafa-nnes win Yirumiyen. Ka ibḍey wul-nnes s ungaẓ. Ka illa g ukurmu. Ka irul ɣer azaɣar. Tudert n yimezdaɣ tmessus. Icekkamen lan tawuri. Ur da ttaɣen akal. Ḍufen aha imezdaɣ.

 

Zedɣeɣ g taddart-nneɣ.Yiwet tikkelt g umalas kkeɣ-d ɣur Sekku Aẓelmaḍ. Netta ayed i-yakkan ineɣmisen imeggura. Maka ineɣmisen-nnes rẓagen. Ur da i-ttaǧǧan ad gneɣ. Ku iḍ, ar diɣ sbertuɣ. Riɣ ad kseɣ. Riɣ ad ruleɣ deffer n wulli d tɣeṭṭen, nseɣ diɣ g yifran, geɣ atag afella n ufurrgis g Tizi, suḍeɣ g tebja, siwleɣ i waman, i yigenna, i udrar. Riɣ ad geɣ ilelli. Nek luliɣ-d ilelli. Aksum-inu irẓag. Maka, tilelli-nu, kemḍen-as igeldan. Tettukref. Teggujel. Iẓuran-inu zwan. Inker degsen umersal. Mellulen. Semmumen.

Nerẓa neknu. Naɣul amm wactal ittawɣen i wakal aberrkan ɣef ɣusen yinaruzen-nneɣ. Akal-ddeɣ aberrkan, nesswa-t s tidi, ussan n umdaz d s yidammen ussan n yimenɣi. Iga winneɣ neg winnes. Umaxdac ayed igan taruẓi-nneɣ tameggarut. Ismar yimenɣi, nekren-d yimazdaren ar ttettan seg useklu d-igman s yidammen n winna immuten ɣef tlelli d ugemmir. Ffren allig nerẓa, ffɣen-d yifisen. Senmen yikennaden[3] aɣwejdim ɣef tmeḍlin n wasaḍen. Kud ssumumen iɣsan ttellɣen imeṭṭawen n warraw-nnsen. Kigan ger yimeddukkal-nneɣ ayed ittunɣan. Yiwen, ɣas yiwen g yinezbayen ssneɣ ayed irulen ɣer azaɣar. Usin akw Yirumiyen ayenna ila. Imarawen-nnes sulen g ukurmu. Nnaɣen awed nitni g tin Baddu. Nɣan kigan n yiserdasen. Seqsaɣ ɣifes, Inna-i Sekku: «Illa igellin ! Da ikessa ɣur yan usebbab axatar g Melwit.» Maka, ukiɣ d wawal-nnes irgag. Ssneɣ is da iskirkis. Sekku ur issin ad iskirkes. Ur ilmid ad iskirkes.

Nniɣ-as:

– Ssneɣ, ar ikessa ɣur yan usebbab allig t-umẓen !

– Mayed ak-innan awal-nnaɣ ? Idrus mayed t-issnen !

– Annayeɣ tillas n ukurmu g wallen-nnek. Is tettud mayed mseɣ ?

Inna:

– Illa g ukurmu n Midelt. Ar ikessa ar yan wass, kecment-as wulli turtit n yan uṛumi. Iffeɣ-d umeggaru-ddeɣ, yameẓ-t. Gran-t g ukurmu. Idd ulli ikessa, usin-tent. Aya ayed ssneɣ. Ur riɣ awal-ddeɣ ad nn-igulu imarawen-nnes.

Issusem, ssusmeɣ awed nek. Ku yan ar iseksiw ɣer wayeḍ. Irnu diɣ, inna:

– Han awed Zayd Uskwenti[4] illa g ukurmu ! Yugi ad ikcem ddaw tayet n Yirumiyen. Ṛmin degs seg wass g d-iggez seg Baddu. Ran ad ig amɣar n Ayt Merɣad. Maka yugi.

Nniɣ-as:

– Uskwenti !?

Festiɣ. Ktiɣ-d awal n yinezbayen i-ijjenjemen g uwerz n Baddu. Ur ssineɣ is sulen ddren midd ttunɣan. Kigan ayed ɣifes sellaɣ. Ssneɣ is ibɣes, is yugey ad ikcem ddaw tenbaṭ n Yirumiyen. Ssneɣ is akw ikka iniɣan ikkan g Unẓul Ugmiḍ mgal n Yifransisen. Nniɣ:

– Yugi ad ig amɣar ! Netta han kra n yinezbayen gan dɣi icekkamen n yicenga-lliɣ d nnaɣen ɣef yidurar. Sɣan-ten s urkes d ukerbas. Aɣulen kkan ddaw Yirumiyen.

Festiɣ diɣ. Ktiɣ-d Umaxdac iggullan ittnaɣ ard iḍer neɣ issafeɣ Irumiyen seg tmazirt.

 

Ass-nnaɣ, isawel-i Sekku Aẓelmaḍ ɣef kigan n wasaḍen n Unẓul Ugmiḍ. Irnu diɣ anḍaf i wul-inu itersen. Aters-nneɣ zziɣ iɣwba, iglugel s yimeṭṭawen, nekren-d degs iwekkiwen. Inna-i:

– Yiwen ayed isulen. Γas yiwen ! Zayd Uskwenti.

– Maka !

Irnu diɣ, ar i-ittales i wawal yad inna, waqila ittu, neɣ ul-nnes ayed tečča tareẓgi.

– Illa g ukurmu ur t-igin ! Awed netta gedlen[5] ɣifes ad d-iffeɣ seg taddart-nnes seg wass g d-iggez seg Baddu. Ur iri ad ig amɣar. Ur iri ad degs nebḍen Yirumiyen, yugi ad iger afus-nnes g winnsen.

 

Uskwenti, amsedrar texwla tlelli, yiɣiy ad fellas ifek tudert-nnes. Seg mayed isul imeẓẓiy ayed yusi imrigen ad innaɣ mgal n Yirumiyen d-ikecmen ɣer tmazirt. Yamu akw g yiniɣan ikkan g Unẓul Ugmiḍ d Waṭlas. Yamu g tin Budnib (1908), Tafilalt (1918-1919), Tdeɣwt (1918-1919), Ayt Iɛeqqub (1929-1930), Tunfiyt (1929-1930), Tarda (1930), Tazegzawt (1932), Serredrar (1932), Tizi n Uɣrum d Baddu (1933). Izzri simraw d sin n yiseggwasen n yimenɣi d uzbu mgal n Yirumiyen. Yugi ad iknu dat yimnekcamen. Ibɣes amm yizem. Ur akw tessin tawda abrid ɣer ul-nnes iɣwman s ugari. G Baddu, innaɣ amm wasaḍ. Itturtes g wudem. Maka, iddeɣ yannay asirem n trennawt[6] ixsey g wallen n yinezbayen deffer n kigan n yimalasen n yimenɣi, iggez-d ad imnala d ujiniral Huri. Γas ikcem ɣer tqiḍunt-nnes, inna-as:

– Neɣtes ad d-neggez seg udrar, mek aɣ-tuǧǧam.

Yukez Huri awal-nnes, inna-as:

– Mayed tram ?

– Nra ad taǧǧem inezbayen ad uɣulen ɣer iɣerman-nnsen. Ad ur tamẓem awed yan degsen g yikurmuten-nnun. Nra awed ad trarem ikalen tusim d wactal tukrem i yid bab-nnsen. Ur riɣ imezdaɣ ad xlun, ad gen imatrawen ɣef wakal-nnsen. Riɣ awed ad tefrum atig n yimrigen ɣurneɣ illan mek tram ad ten-tekksem i yinezbayen. Wenna awen-iruran amrig-nnes, ad yameẓ atig-nnes.

– Ad awen-nefru atig n yimrigen s tenɣam kigan g yiserdasen-nneɣ ?

– Ur idd ɣas iserdasen-nnun ayed ittunɣan g umgaru[7]-ddeɣ. Timiḍiwin n yirban, n twetmin d yiregzen n Ayt Yafelman ayed tenɣam s tsaylalin[8]-nnun. Ur da sawaleɣ ɣef winna tenɣam g Tzegzawt d yiniɣan akw n yidurar n Dren, Bugafer d Waṭlas Anammas.

– Afella n udrar ! Mayed illan afella n udrar ?

– Afella n udrar, llan kigan n yimettinen, n yimezdaɣ inɣa laẓ, ur iččin ula swan ugar n yimalas aya. Awren n tactatin ayed sellmen. Maka, meqqar lluẓen, afud-nnsen isul idus, ulawen-nnsen ṣiḍen da suddumen tabɣest. Zemren ad nnaɣen amm yizmawen ard ur d-iqqim awed yan.

– Ran ad d akw ggzen ?

– Kigan g yinezbayen ur rin ad d-ggzen. Ran ad nnaɣen ar tigira.

– Illa degsen Σli Uṭṭermun ?

– Mayed ak-d-issawḍen ineɣmisen-nnaɣ ?

– Nessen, nessaweḍ-as-nn tabrat as-nn-uznen ayt taddart-nnes seg Ufrekla. Nnan-as ad d-iggez seg udrar. Yugi. Ibbey tabrat.

– Mek tram ad taǧǧem imezdaɣ ad uɣulen ɣer iɣerman-nnsen, ad d-ddmen uguz seg usekka. Aya ayed ɣuri illan ad awen-t iniɣ.

– Waxxa !

Immater ujiniral Huri udem n Uskwenti itersen d tuɣmas-nnes irẓan. Inna-as:

– Ad d-teggzem seg udrar awiɣ-k ɣer Fas ad ak-d-seggmeɣ ayennaɣ n tuɣmas irẓan.

– Tanemmirt, maka tuɣmas ffullsent i taṭṣa. Nekwni ur sar yad neṭṣi. Taruẓi ur da tettmun d taṭṣa. Ur diɣ neṭṣi ard teffɣem tamazirt-nneɣ. Ard diɣ nameẓ tilelli.

– Ur nsawel ɣifek keyyin.

– Nek, ass g d-ggzen medden seg udrar, uɣulen ɣer tadderwin-nnsen, tessekrem ẓari ayenna tram. Ur i-iddi ka.

Iffeɣ seg tqiḍunt, yali diɣ adrar ad nn-issiweḍ aneɣmis. Isekkiwes ujiniral Huri ar isemrara iwaliwen n Uskwenti gras d yiɣef-nnes, inna:

– Ur ǧǧin ẓriɣ aɣref amm wa, iregzen amm wi. Ur ssineɣ is nneflen, neɣ beɣsen.

 

Zrin yitsen wussan, ggzen-d yinezbayen seg Baddu. Ku yan yuɣul ɣer iɣrem-nnes. Nnan-as Yifransisen i Uskwenti:

– Iqqen-k-inn ad tged amɣar n Ayt Merɣad ! Ur illi kra n wudem mi ttisellin anect-nnek.

– Ur nnaɣeɣ g Baddu af ad geɣ amɣar ! Nnaɣeɣ ɣef tlelli. Amm nek amm akw imezdaɣ.

Yugi ad ig amɣar ittyimeẓ. Gedlen-as ad d-iffeɣ seg taddart-nnes. Ku tikkelt, aznen ẓares Yirumiyen udmawen ixataren n Ayt Σisa Izem ad ides msawalen. Ran-t ad ig amɣar-nnsen. Ur yadduz[9] ar 1937.

Idd igellin n Uṭṭermun, yiwen g waṣaḍen yaḍen n Baddu, yaɣul-d ɣer iɣrem-nnes, Sat Tamajjyalt g Ufrekla. Teqqima degs truẓi n Baddu, ar ittumum allig ibḍey wul-nnes s ungaẓ.

 

Ismar wakud n yimenɣan g Waṭlas, tali-d tafuyt n yicekkamen d yixendallasen.

 

Zaïd Ou Skounti (1890-1943)

Zaïd Ou Skounti (1890-1943)

 

[1] expression utilisée dans le Moyen Atlas.

[2] fruit

[3] rusés

[4] Asaḍ n Baddu, Ilula g Teskwentit g tmazirt n Yiɣfaman (Amellagu) g useggwas n 1890. Immut g useggwas n 1943. Ad tafem ineɣmisen yaḍnin ɣifes g https://zayduhmad.wordpress.com/

[5] interdire

[6] victoire

[7] guerre

[8] avions

[9] accepter

« Imeggura g Yimaziɣen » (Les derniers des Hommes libres)

Mots-clés

, , , , , , , , ,


UngalLa mort de Zayd Uhmad, abattu à Tadafalt en 1936, a mis fin à tout espoir de révolte ou de soulèvement dans les cœurs des habitants désormais soumis au pouvoir du Makhzen et des Français. La plupart des héros de Saghru et de Baddou sont devenus des caïds, d’autres des mokhaznis au service de la France. Certains ont quitté la région, d’autres ont succombé au désespoir et à la souffrance. Ils avaient regretté d’avoir baissé les armes à Baddou. Leurs espoirs ont été anéantis.Leur monde s’est écroulé devant leurs yeux sans rien pouvoir faire pour le redresser.

Au Moyen-Atlas et dans la région de Fazaz, des Hommes s’organisent clandestinement,s’approvisionnent en armes pour relancer la lutte contre l’armée française,mais une tuerie survenue à Agouray les obligent à revoir tous leurs plans.Certains d’entre-eux, parmi les plus convaincus de la lutte armée contre l’armée française et son allié, le Makhzen, sont tués, victimes de trahisons, de manipulations et d’ignorance.

A Fès, un groupe d’hommes appelés «nationalistes» créent une formation politique, pensent à l’après « indépendance« . Ils façonnent déjà l’image d’un pays indépendant, mais soumis à leur joug et à leur pouvoir.

Les derniers Hommes qui aspiraient à rester debout et à combattre pour la liberté sont anéantis. Le visage du pays a changé. Il deviendra le butin des«nationalistes» et du Makhzen. Il ne tardera pas à obtenir son « indépendance »,mais pas la liberté tant rêvée. Les Imazighens, qui avaient résisté héroïquement à la pénétration française, sont vaincus et exclus. Les nouveaux maîtres du pays programment leur anéantissent pur et simple.

Imeggurag Yimaziɣen , Afafa, Roubaix, 2014, 10 euros.

Couverture, 140 pages.

Couverture de la première partie, 140 pages.

Lu pour vous : Ce que Mohammed VI doit au maréchal Lyautey

Mots-clés

, , , , , , , , ,


Le sultan Moulay Youssef et le Maréchal Lyautey en 1925 (Archives du Maroc)

Le sultan Moulay Youssef et le Maréchal Lyautey en 1925 (Archives du Maroc)

Le maréchal Lyautey a personnifié la présence française au Maroc. Il y a surtout renforcé l’autorité de la monarchie.

L’action d’un homme est à l’origine d’une formidable fabrication de l’Histoire du Maroc moderne. Celle d’une «exception marocaine» que le prince Moulay Hicham, cousin du roi, renie mais traduit volontiers par «une épaisseur historique» pour expliquer par quel miracle Mohammed VI a été épargné par les révolutions arabes.

Son nom: Louis Hubert Lyautey, résident général au Maroc d’avril 1912 à octobre 1925.  Lyautey demeure une icône largement respectée du Maroc indépendant. Un cas unique au sein du monde musulman, où une figure de la colonisation n’est pas honnie.

L’homme a consacré l’essentiel de sa carrière à la France coloniale, dont plus de vingt ans à l’Afrique du Nord. Mais c’est au Maroc qu’il a donné toute la mesure de son talent, au point que les élites dirigeantes du pays, qu’il contribua plus que nul autre à faire passer sous le joug colonial, n’ont cessé d’inscrire leur action dans ses pas. Peut-être même sans le savoir vraiment de nos jours.

La légende dorée du «bon colonial»

«En Lyautey, la France désire absoudre sa brutalité coloniale, ainsi que le regard hautain qu’elle porta sur les « indigènes ». Quant au Maroc, il trouve en cet homme la preuve du caractère unique de son destin, tandis que ses élites s’honorent d’avoir reçu tant de puissance et de dignité des mains de ce conservateur émérite», écrivait l’historien Pierre Vermeren dans Le Journal Hebdomadaire.

Avant lui, les historiens Charles-André Julien dans Le Maroc face aux impérialismes (1978) et Daniel Rivet Lyautey et l’institution du Protectorat français au Maroc (1988) ont déconstruit le mythe de l’architecte du protectorat, expliquant comment sa vision de la société marocaine a eu un impact considérable sur le Maroc moderne.

Mais qui fut Lyautey pour le Maroc au-delà de la légende dorée que lui ont tressée ses hagiographes? Le personnage se singularise par sa complexité: monarchiste au service de la République, Général méprisant l’esprit militaire, catholique défenseur de l’Islam, légitimiste qui choisit un sultan à sa convenance, inventeur du protectorat, dirigeant imbu de son autorité mais qui dénie celle de sa tutelle, l’homme déroute autant qu’il éclaire certains débats et enjeux du Maroc d’aujourd’hui.

Des convictions royalistes affirmées

Louis Hubert Lyautey est né à Nancy en 1854 dans une famille aristocratique lorraine. Catholique et royaliste, celle-ci donne par tradition ses hommes à l’institution militaire. Le jeune Lyautey assiste aux avant-postes à la débâcle française de 1870 face à la Prusse. Il hésite alors entre l’habit ecclésial et la tenue d’officier. En 1873 s’impose le choix de Saint-Cyr, pour forcer le destin et défier le triste sort d’une patrie abaissée. Signe avant-coureur, sa première affectation le conduit deux ans en Algérie.

Lyautey a des convictions royalistes affirmées. Il se dit légitimiste par défaut. Féru d’histoire et rêveur de gloire, il vit difficilement l’enracinement de la République. Mais lui, conservateur dans l’âme, est peu enclin à la conspiration.

Lyautey mène alors une brillante carrière d’officier de cavalerie, fréquentant assidûment salons mondains et milieux artistiques parisiens. A Paris, il brille par son esprit, sa plume et son art de la mise en scène à l’aube de sa carrière marocaine. Toujours célibataire, il n’a pas encore cependant charnellement prouvé son homosexualité.

À 40 ans, il quitte la France pour l’Indochine nouvellement colonisée. Elle sera sa «révélation», lui qui cultive en secret une fougue bismarkienne. Il y seconde le général Gallieni. Cette grande figure de la France des tropiques, de cinq ans son aîné, est un officier non-conformiste. Il invente la «tactique de la tâche d’huile», laquelle consiste à soumettre, sécuriser et séduire les populations «indigènes». Au seul rapport de force, il convient de substituer «un ordre juste», respectueux des coutumes et de la hiérarchie traditionnelle.

Lyautey est séduit par cette approche, tout autant que par Gallieni, dont il partage désormais les convictions et l’homosexualité. À l’orée de ses cinquante ans, déjà doté d’un riche passé colonial, le colonel Lyautey est affecté aux confins algéro-marocains.

Là, il y prépare l’encerclement de l’Empire chérifien. Cette expérience algérienne est déterminante dans la carrière de Lyautey. L’homme y apprend la rudesse du Maghreb, le désert, les tribus, l’Atlas, la noblesse des guerriers berbères, mais aussi les colons, leur morgue et l’esprit d’accaparement qui les anime.

À l’assaut du Maroc grâce aux rebelles

En Algérie, Lyautey acquiert la conviction que la France doit s’affranchir des traités qu’elle a conclus avec le vieil Empire chérifien. De son compagnonnage avec Gallieni, il retient la tactique de l’occupation progressive. La conquête du Maroc, dont il devient l’ardent défenseur à Paris, doit s’opérer grâce à ses forces centrifuges, les tribus «siba» c’est à dire rebelles au sultan, sans tenir compte du pouvoir central —le fameux Makhzen— jugé faible et sans importance.

L’accord franco-allemand de 1911 donne à la France les mains libres au Maroc, hormis les territoires laissés à l’Espagne. Elle se charge d’en assurer le contrôle au moment où l’étranglement financier du sultan et les concessions imposées à Moulay Hafid incitent les tribus et les chefs de guerre à le défier, et prendre la tête du jihad. Pour Lyautey, la France doit rétablir l’ordre en s’entendant avec les tribus récalcitrantes, qu’il estime désireuses de se débarrasser du joug d’un pouvoir tyrannique.

Il incite le gouvernement français à soumettre le Maroc. Le diplomate accrédité, Eugène Regnault, se saisit d’un appel à l’aide suggéré au sultan, et impose, le 30 mars 1912, le Traité de protectorat, dit «de Fès». Ce diplomate devient le premier résident général. Mais le plan échoue. L’annonce du traité, qui place le pays sous la protection des «chrétiens», provoque une levée en armes. Lyautey est alors nommé Résident général.

La rénovation d’une dynastie décrépie

Constatant que la France «marche dans le vide» au Maroc, l’officier pragmatique et intelligent abandonne rapidement ses illusions. Il estime que ce n’est pas de l’abaissement du Sultan qui viendra le retour à l’ordre, mais de l’application du traité, qui prévoit le respect de la souveraineté de l’État chérifien et du pouvoir législatif du Sultan, sous la tutelle de la France. La monarchie alaouite recevait ainsi son premier gage de survie.

Lyautey sécurise le Maroc central, transfère la capitale de Fès, alors assiégée par les tribus, à Rabat, et assure l’exil du sultan Moulay Hafid qui abdique. Lyautey fait avaliser par les oulémas —les gardiens de la foi— l’élection de son frère, Moulay Youssef, qu’il choisit pour sa réserve, sa piété et son manque de personnalité.

Pourtant, Lyautey s’attache à restaurer le trône alaouite dans une splendeur rénovée. Fasciné par cette monarchie surgie du fond des âges et épargnée par la modernité, ce conservateur esthète veut rétablir la pompe d’un sultanat décrépi. Il s’emploie alors à lui réinventer un décorum déjà fantasmé par les orientalistes et un faste que poussera bien plus tard à leur paroxysme Hassan II.

Lyautey considère alors par simple tactique ou profonde conviction – les historiens demeurent partagés sur cette question —que, seule, la restauration du pouvoir du Sultan dans son prestige et sa tradition, peut rassurer le peuple et ses notables, et briser le cercle d’une insurrection que cet admirateur de l’ancien régime tend à sublimer. Une idée qui deviendra le ciment du trône. Aujourd’hui encore quand la monarchie est menacée, c’est l’épouvantail de la désagrégation de toute une nation qui est brandi.

Lyautey est un homme du XIXe siècle séduit par «l’indirect rule»britannique, qui permet à l’Angleterre victorienne de contrôler l’immense Empire des Indes, et à son alter ego lord Cromer, «simple» consul, de diriger l’Egypte. Au grand dam des coloniaux, il s’honore d’être le «premier serviteur de Sidna» (Notre Seigneur).

En un geste qui frappe les imaginaires, Lyautey n’hésite pas à tenir l’étrier du sultan, lorsque celui-ci descend de cheval dans les grandes occasions. Comment ne pas penser un siècle plus tard à tous ceux aujourd’hui, politiques, hommes et femmes de pouvoir, intellectuels et célébrités d’Occident qui à chaque occasion qui se présente, tiennent la bride à Mohammed VI pour vanter ses mérites?

La monarchie, «une créature» de la France

Mais le Général est vite rattrapé par les nécessités de sa fonction et son caractère autoritaire. Lorsque, le 10 octobre 1912, Lyautey écrit à son ami Albert de Mun, «Je crois que Moulay Youssef est ma plus belle réussite», il signifie que l’édifice du protectorat est vicié, le contrôle s’exerçant sur une «créature du résident général». De surcroît, le résident s’évertue à maintenir le sultan en vase clos, entouré de «vieux Marocains rituels», sans contact avec les Européens, les automobiles et les dîners au champagne. La conservation confine alors à la momification.

Et que dire de la «politique des grands caïds»? Lyautey s’illusionne sur les «seigneurs de l’Atlas», chefs tribaux qu’il assimile aux pairs de France, cette vieille noblesse d’épée issue de la féodalité qui égale en dignité la Famille de France. Son royalisme nourri par Charles Maurras livre des millions de montagnards à la tyrannie du Glaoui, délaissant tout contrôle au profit de l’arbitraire le plus extrême.

Encore une fois, le parallèle avec l’actualité est saisissant. En France, la Ve République a toujours été conciliante avec les pouvoirs orientaux à la poigne de fer. De gauche comme de droite, les politiques français ont encouragé la monarchie marocaine à demeurer sous cloche, perpétuant d’une part sa dépendance à la France et encourageant le renouvellement d’une élite cooptée et asservie.

Pour porter ces convictions, Lyautey s’entoure d’hommes atypiques qui doivent à la fois porter les projets du chef, faire respecter la France des musulmans, conserver le «Vieux Maroc», et faire surgir cette «Californie française» autour de Casablanca, que Lyautey appelle de ses vœux. La cooptation makhzénienne, si redoutable aujourd’hui était née.

Le protectorat, une «fiction»? s’interroge Lyautey

Entre autoritarisme éclairé et pesanteurs coloniales, que reste-t-il du protectorat et de son essence, le «contrôle»? Dans sa stupéfiante «note du coup de barre» du 18 novembre 1920, Lyautey s’interroge. Et si le Protectorat n’était «qu’une fiction»? Mais il se lance aussitôt dans «le plus dur constat d’échec qu’un homme d’État ait dressé contre sa propre œuvre».

«Dans la pratique, Moulay Youssef n’a aucun pouvoir réel, il n’a de rapports qu’avec le conseiller chérifien (NDLR: Lyautey) qu’il voit journellement, mais c’est tout». Le Protectorat fait approuver au sultan des textes préparés par les services de la Résidence. Les Français ont l’administration directe «dans la peau», déplore Lyautey, qui constate qu’on «en arrive de plus en plus à l’administration directe». Mais de coup de barre, il n’y eut point, et le constat demeura sans suite.

Impuissant à appliquer le Protectorat, Lyautey en tire les enseignements. Au-delà de ses boutades sur le caractère éphémère de la présence française au Maroc, le Résident manifeste une étonnante et prémonitoire lucidité. Moins de 10 ans après le traité, il écrit:

«À défaut des débouchés que notre administration leur donne si maigrement et dans des conditions si subalternes, (la jeunesse marocaine) cherchera sa voie ailleurs», et «le mouvement d’idées qui est en train de naître à côtés de nous, à notre insu», tôt ou tard «prendra corps et éclatera».

En écho à cette prémonition, le vieux Maréchal déclare lors du Conseil de politique indigène à Rabat, le 14 avril 1925:  

«Il est à prévoir, et je le crois comme une vérité historique, que, dans un temps plus ou moins lointain, l’Afrique du Nord évoluée, civilisée, vivant de sa vie autonome, se détachera de la métropole. Il faut qu’à ce moment-là – et ce doit être le but suprême de notre politique – cette séparation se fasse sans douleur et que les regards des indigènes continuent à se tourner avec affection vers la France».

Un royaume façonné de toutes pièces

L’ampleur de l’héritage laissé par Lyautey est assez considérable. L’empreinte la plus puissante concerne le trône chérifien, qu’il a reconstruit et pérennisé, doté d’un pays soumis et pacifié, et dont il a réinventé le prestige et la puissance. L’absence d’équivalent dans tout le monde musulman est à lui seul la preuve de l’ampleur de ce travail. Après 1912, Lyautey s’est attaché à réaliser la «pacification» du Maroc au nom du sultan.

Mais l’empreinte de Lyautey excède l’héritage étatique marocain. Jusqu’à la fin du Protectorat le 2 mars 1956, les 13 Résidents qui succèdent à Lyautey s’appliquent à «faire du Lyautey». Pourtant, leur conservatisme souvent frileux et parfois borné ne résiste pas à la comparaison. Lui avait anticipé l’indépendance du Maroc à l’aube des années 20. Mais les convictions de Lyautey, ses goûts et ses représentations, ont aussi durablement conforté un modèle politique et social marocain.

Dans Lyautey écrivain (1976), André Le Révérend souligne ses conceptions très peu démocratiques, un euphémisme… Lyautey considéra dès sa jeunesse qu’il appartenait à «une caste supérieure», et ne doutait pas d’avoir «le sentiment dans le sang» de faire partie «de la classe sociale la plus élevée». Cette propension à la suffisance sociale lui donnait l’assurance d’être dans son bon droit, d’être le «right man» appelé de ses vœux à la reconstruction de «l’Empire fortuné». Il aurait pu endosser le rôle du «Général revanche» selon l’expression de l’historien Daniel Rivet face à l’Allemagne, ou encore devenir le «Mussolini de la France» des années 30, mais l’histoire lui offrit le Maroc. Il le marqua d’une manière indélébile.

Un mépris hérité pour la démocratie

Le premier héritage qui transcende le Protectorat, c’est l’excès d’autorité du pouvoir d’État, et plus encore de son chef. Lyautey «considérait son pouvoir comme régalien, il se voulait entièrement libre», note Charles-André Julien. Son successeur, le Résident Alphonse Juin, ne s’y trompe pas, qui déclare au Président Vincent Auriol le 5 octobre 1947: «Oui, Lyautey instaura l’administration directe (…). Tous auraient fait comme Lyautey. Il fallait d’abord créer l’État chérifien». Jacques Berque, ancien contrôleur civil, reprend à son compte cette formule en vogue depuis Lyautey:

«Le Maroc est un pays où l’autorité est un postulat administratif. On n’y parle jamais de contrôle de l’autorité, mais d’autorité de contrôle».

Point besoin d’épiloguer pour analyser l’usage qu’ont fait de cette pratique les dirigeants du Maroc indépendant.

Le second héritage durable est l’extrême fragilité du sentiment démocratique, a fortiori républicain, légué par Lyautey. Ce représentant de la République n’avait que mépris pour elle, lui préférant l’autorité sans contrôle, et le respect des hiérarchies traditionnelles. Lyautey agit toujours en «patron et non en démocrate» et a «dans la peau le dogme des hiérarchies sociales».

Lyautey a révoqué certains de ses fonctionnaires, même de qualité, pour républicanisme, mais s’accommode de la corruption de ceux qui le servent, s’ils lui obéissent. Confrontées au spectacle d’une France autoritaire éloignée des principes qu’elle proclame, les élites marocaines restent souvent à l’écart des idées démocratiques, et se demandent légitimement si la République française n’est pas, elle aussi, une fiction. Pour eux, des expériences comme celle du Mouvement du 20 février sont soit au mieux romantiques soit au pire dangereuses pour «l’ordre établi» si cher à Lyautey.

La consécration d’une société de castes

Le troisième héritage manifeste de Lyautey est la perpétuation au Maroc d’un ordre social particulièrement inégalitaire. Devant les chefs indigènes, Lyautey déclare en octobre 1916:

«Le Makhzen fortuné, les chefs héréditaires et les Pachas forment autour de lui (le sultan) comme une couronne éclatante de joyaux précieux».

Dans la directive politique qui découle de cet éloge aux grandes familles, Lyautey exige de ses administrateurs «que les rangs et les hiérarchies soient conservés et respectés, que les gens et les choses restent à leurs places anciennes, que ceux qui sont les chefs naturels commandent et que les autres obéissent». Une doctrine plus que présente aujourd’hui où l’esprit de caste est une norme difficilement transgressable.

Cette politique s’est matérialisée par les «écoles de fils de notables», les collèges musulmans, l’école des officiers de Dar el Beïda de Meknès, ou encore la politique des Grands Caïds. Plus tard, ce seront les lycées de la Mission française qui assureront cette politique de «coopération» dont l’un des plus imposants, celui de Casablanca, porte le nom du Maréchal Lyautey. Lorsque le Résident Eirik Labonne déclare en 1947, «Nous avons misé sur une oligarchie, sur une caricature d’aristocratie (…). Jouons maintenant la carte du peuple», il était déjà trop tard pour voir éclore une transition démocratique et socialisante.

Dans ces conditions, «structurellement, Ben Barka n’avait qu’une chance infime de devenir le Bourguiba marocain», résume avec justesse Pierre Vermeren.

Aussi, la biographie de Lyautey et sa politique marocaine expliquent bien des réalités sur le Maroc de Mohammed VI. Elle n’était pourtant pour lui «qu’une province de son rêve».

Ali Amar

D’après les travaux, articles et ouvrages de Pierre Vermeren, Charles-André Julien et Daniel Rivet

Source : SlateAfrique

Lu pour vous : Sultan of swing

Mots-clés

, , , ,


Moulay Abdelaziz a régné de 1894 à 1908 sur le Maroc. Mais dans l’intimité, c’était surtout un passionné d’art, de photographie, d’automobiles, de gadgets et de jeux en tout genre. Immersion dans le quotidien d’un monarque pas comme les autres.

Abdelaziz

P­­­lanté au milieu de la “cour des amusements”, il filme des femmes juchées sur des bicyclettes ou des tricycles à pétrole. Elles rient aux éclats. Le sultan, lui, est fier de leurs prouesses : c’est lui qui leur a appris à monter à vélo. La bicyclette siège en bonne place des loisirs préférés de Moulay Abdelaziz. A tel point qu’au milieu de son palais de Marrakech, il a installé tout un circuit avec rampes et obstacles en planches et en matelas pour mieux s’amuser à vélo. Et avec quelques proches, il a même inventé le polo à bicyclette, un sport peu académique. Gabriel Veyre, auteur de l’ouvrage Dans l’intimité du sultan, à qui l’on doit cette scène de vie à l’intérieur du palais, s’amuse beaucoup de ce roi qu’il dit “brave homme” à la curiosité insatiable, à l’esprit vif et aux plaisirs simples et enfantins. Son  ouvrage est l’un des rares témoignages dont on dispose sur l’intimité de Abdelaziz.

 

L’histoire de la rencontre entre Veyre et le sultan commence ainsi. Abdelaziz décida un beau jour de se mettre à la peinture. Un Américain, Schneider, s’installe au palais pour le lui enseigner. Seulement, le sultan se lasse : il veut maintenant s’adonner à la photographie. Mac Lean, un commerçant britannique devenu instructeur dans les armées royales, et par la même un proche du monarque, s’attelle à trouver un enseignant à son patron. Il dégote Veyre, photographe français, qui accepte cet emploi représentant à l’époque une aventure incroyable. A son arrivée au palais, en 1901, le Français s’inquiète de voir apparaître un féroce tyran. Quelle ne fut sa surprise lorsqu’il découvre un jeune homme —Abdelaziz est alors âgé de 21 ans— d’une extrême gentillesse et d’une grande compréhension.

Sa Majesté des jeux

Le jeune roi aime s’adonner à divers jeux et exercices sportifs, des plus nobles, comme l’escrime, aux plus enfantins, tels que saute-mouton, en passant par le football, le trapèze ou encore le tennis pour lequel avait fait installer un court dans l’enceinte du palais. Veyre eut alors l’idée de ramener au Maroc un tricycle automobile. La curiosité de Abdelaziz est piquée au vif : “Ces mécaniques l’intéressèrent. Il demanda à quoi servaient les différents organes, toucha les manettes (…) après de brèves explications, il s’est lancé à pleine vitesse à travers la cour.” Très vite, l’amour du sultan pour les engins à moteur pousse Veyre à passer commande d’automobiles. Abdelaziz en choisit quatre sur un catalogue. Une des voiturettes étant arrivée en piteux état, on sauve son moteur pour fabriquer une machine à glace. De son amour pour les automobiles, Veyre écrit : “Il s’y adonna avec une sorte de frénésie, comme il faisait pour toutes ses fringales successives.” L’automobile n’est en effet qu’un des multiples loisirs et engouements passagers du sultan. A la cour, on trouvait aussi un billard “richissime, tout marqueté, tout doré”, auquel Abdelaziz jouait en compagnie de Mac Lean et Veyre. Ces derniers, par souci ou par excès de courtisanerie, avaient pour habitude “d’oublier” de comptabiliser leurs points sur le marqueur manuel. Ayant remarqué la supercherie, Abdelaziz, fâché, pressa Veyre de lui installer un marqueur électrique sonnant à chaque coup. Autre dada royal : le lancement de montgolfière, art compliqué qui nécessitait que chacun mette la main à la pâte, jusqu’à El Menebhy, le très sérieux ministre de la Guerre. Enfin, ultime joie du sultan : les feux d’artifice. Aux détonations des fusées répondaient les explosions de joie de Abdelaziz qui, dans l’excitation, s’approcha même une fois fort dangereusement du champ de tir.

Photographe, collectionneur, esthète…

Venu enseigner la photographie, Veyre ne fut pas déçu. Il écrit : “Je crois bien que de tous les passe-temps auxquels il s’est adonné, c’est celui-là qui a le plus longtemps amusé Abdelaziz. Il y était devenu d’une rare habileté.” De plus, l’élève talentueux qu’était le monarque tint à apprendre à développer lui-même ses clichés dans le laboratoire monté par les esclaves dans le palais et sous les instructions de Veyre. A peine mis au courant de l’existence de la photo en couleurs, le sultan s’y consacra avec ferveur et enthousiasme. Veyre le décrit “passant de longues journées, enfermé dans son harem, à photographier ses femmes. (…) Il  les fit parer de leurs atours les plus voyants, de leurs bijoux, colliers, bracelets, aigrettes ; il les plaça devant des fonds d’éclatants tapis, disposa autour d’elles, sur la table drapée de violentes étoffes, des fleurs artificielles, baroques, criardes, et chercha enfin à réaliser les tableaux les plus colorés qu’il put former. Il obtint souvent de très jolis clichés.” Les favorites du harem, en plus d’être l’objet de portraits, sont initiées par leur maître à l’art de la photo.

Tous les jours, au palais, un nouveau chantier était lancé. Au point que le lieu finit par ressembler à une ménagerie géante doublée d’un bric-à-brac invraisemblable. On y trouve pêle-mêle, selon les listes des différents chroniqueurs de l’époque, des gramophones, des petits trains électriques, un piano à queue, un ascenseur (posé à même le sol), des oiseaux empaillés, une fontaine d’eau de Cologne, et des animaux : wapitis, zèbres, boas, lamas, antilopes, singes, lions et autres. Les achats compulsifs du sultan font le bonheur des arnaqueurs, à l’image de cet Américain qui lui a vendu un bulldog britannique édenté pour une somme astronomique.

J’aurais voulu être un artiste

Difficile, lorsque l’on lit entre les lignes, de ne pas voir apparaître un Abdelaziz dont le caractère n’était pas forgé pour gouverner… Veyre décrit même un personnage qui “était la bonté et la faiblesse même.” Un homme qui répugnait à la guerre comme le rapporte le Français à qui Abdelaziz confia lors d’une discussion sur un lointain conflit en cours : “Si j’avais de l’argent, ce n’est pas à la guerre que je le dépenserais !” Walter Harris, journaliste américain du Times, installé à la cour, narre cette anecdote : alors qu’il s’entretient avec le sultan à propos de ses difficultés à faire respecter ses ordres, celui-ci s’emporte un temps, puis se rétracte et lâche : “Vous ne savez pas combien je suis las d’être sultan.” Harris affirme qu’au moment de cette confession, les yeux du monarque sse sont remplis de larmes. Veyre, en revanche, rapporte un certain nombre d’excentricités royales. Comme ce jour où il croise le sultan arborant des chaussettes “d’un rouge éclatant” – la tradition vestimentaire vouait les sultans aux chaussettes blanches – et arguant : “Il paraît que c’est la grande mode à Londres !” Le caractère farceur du sultan est aussi décrit par moult historiettes. Lorsqu’il s’entraînait au tir à la carabine en compagnie de El Menebhy, il ne manquait jamais de traficoter auparavant le mécanisme du fusil de son concurrent. Ce dernier ratant par conséquent sa cible, le sultan le raillait alors : “Toi, mon ministre de la Guerre, tu ne sais pas tirer !” Autre passe-temps du sultan, jouer à s’électrocuter en compagnie de ses amis… Le reste du temps, il le passe à observer avec intérêt et amusement le labeur de l’horloger du palais – qui comptait plus de trois mille montres et pendules. Lui-même possédait “un chronomètre en or très compliqué et marquant les heures des différentes capitales du monde” qu’il gardait toujours en poche.

Gavin Maxwell, historien et auteur d’un ouvrage sur El Glaoui (Dernier seigneur de l’Atlas) dépeignant précisément le Maroc de l’époque, a cherché à analyser le caractère de Abdelaziz et son désintérêt pour la chose politique et militaire. Selon lui –ce n’est qu’une hypothèse, mais elle est confirmée par d’autres récits–, le sultan aurait volontairement été tenu à l’écart des affaires par ses plus proches conseillers, avides de pouvoir. Son caractère serait en fait une intrigue de palais, “une politique qui tendait à obnubiler complètement son esprit” pour reprendre ses mots. Abdelaziz n’avait que seize ans lorsqu’il succéda à son père Hassan I, en 1894. C’est dès ce moment, selon Maxwell, que Ahmed Ben Moussa, le chambellan, laissa exprès le jeune sultan dans l’ignorance des affaires publiques pour mieux s’en emparer. A la mort du chambellan —Abdelaziz a alors dix-neuf ans et peut légitimement exiger sa part de commandement—, “ses ministres n’eurent qu’une seule préoccupation commune : l’empêcher par tous les moyens de s’intéresser en quoi que ce soit aux affaires de l’Etat.” Maxwell, tirant ses conclusions ,nomma son chapitre consacré à Abdelaziz “Le roi enfant”.

Splendeurs et misères d’un monarque

L’excentricité de Abdelaziz déplaisait aux ouléma. A plusieurs reprises dans le récit de Veyre, on lit leur colère contre le sultan, parfois pour des raisons bénignes, comme lorsqu’il décida de repeindre en bleu les murs du palais – la tradition exigeant qu’ils soient  blancs. De là à affirmer que son excentricité a coûté son trône à Abdelaziz, il n’y a qu’un pas. Les pertes d’argent les plus importantes n’étaient pourtant pas dues à ses achats mais à la corruption des hauts fonctionnaires qui, dès qu’ils le pouvaient, empochaient des commissions et trafiquaient les comptes. Quant aux principaux griefs des tribus et des religieux à l’égard de Abdelaziz, ils concernent les accords multiples avec les puissances coloniales, particulièrement la France, qui menaçait l’indépendance du Maroc et sa timide politique réformatrice (changement du statut des caïds, réforme des impôts entre autres). Les deux sont d’ailleurs liés : c’est suite à une rébellion des tribus en réaction à des réformes que, pour la première fois en 1903, dépassé par les évènements, le sultan dut faire appel aux forces françaises pour mater l’insurrection. Officiellement, c’est pour contrecarrer l’influence étrangère au Maroc que le frère de Abdelaziz, Abdelhafid, prit les armes contre lui en 1907. Mais un journaliste français, Christian Houel, auteur de Mes aventures marocaines, rapporte ces propos de Abdelhafid, visiblement irrité par les frivolités du sultan : “Mon frère n’a pas rempli ses devoirs de chef des croyants. Il a contracté des emprunts qui n’ont pas servi à relever l’empire mais à satisfaire ses plaisirs.” Le portrait que Houel dresse de Abdelhafid contraste avec celui de Abdelaziz : il s’adonnait à des passe-temps bien plus classiques pour un homme de pouvoir : échecs, chasse aux faucons et aux lévriers, “ce qui ne l’empêchait pas, écrit le journaliste, de songer aux affaires sérieuses.” L’historien marocain Abdallah Laroui décrit aussi, dans un de ses ouvrages, un homme très pieux, sévère, au fait des polémiques religieuses comme de la politique européenne. Après s’être attaché l’alliance du puissant Glaoui de Marrakech, Abdelhafid l’emporte sur les troupes du sultan. En 1908, Abdelaziz est destitué. Il se retire à Tanger où il finit sa vie dans l’anonymat le plus complet.

Source : Tel Quel

Ayyur rend hommage aux résistants amazighs à Bougafer (1933)

Mots-clés

, , , , , , , , , ,


Texte en langue amazighe :

Awid tin winna izrin nnalen afaten
G Bugafer, daten d-i-kettig yaγ-i ka
Awid tin winna izrin iṭṭfen ti-
εẓẓitt kin titi s ggiḍ  i-ula ussan
Da ggaren lbarud g iskawen n  wudaden
Kkan anẓar, uten lalijuten aγen-nn akal

Acengu iga-asd uṛumy tiγurdin inγa-γ arraw
Sakkand lkuṛṛ igenna ula akal
Dad iggar ijeεba ṭṭiqsen γifi
Igad wa γif ad aγ ikkes iẓuran
Aydd arba imced-day way lulan
Tunγasen mma-nnes ira-ad iṭṭed ur-t akw ufin

Ayedd iγrem d ireḥbiyen itca wafa
Ayedd iysan, ayedd imnayen ddan-aγ
Awa mer ufiγ add uγulen ad isinn
Wanna γ-ttit imdin yusy-aγ akal

A winn iṭṭfen tigelditt yaγ-i ka
Amuttel isul ad awen ikjem s axam
Gan ur tebbin adγu γif-neγ sikkin
Neγra g tidda izrin sulent γifi

Gren i-umata isergwal inγa-yi wul
Unna ur nγin ibniqn as-t-ttawin
Mer-idd ku yan ar d-ikkat nil-as
S uyenna s yufa qqad aγ iḥlu waḍu
Taymat ku yan ar d-ikkat nil-as
S uyenna s yufa ad aγ ikkes ukarif.

Adaptation :

Parlez-moi de nos grands-pères,
Qui avaient fait face au feu à Bugafer,
Rien que leur souvenir me rend malade.
 
Parlez-moi des courageux qui avaient combattu
Bravé la pluie et vaincu les légionnaires,
Malgré leur armement si modeste.
 
L’ennemi, aidé par les Français, a tué nos enfants
Le plomb pleuvait de partout, les avions bombardaient aussi,
Ils avaient l’intention de nous exterminer.
 
Enfants et femmes n’ont pas été épargnés,
Nombreux sont les villages détruits,
Nous avons perdu tant de cavaliers et de montures.
 
Ô, si nos ancêtres pouvaient revenir rien qu’un instant
Et voir ceux qui nous ont trahis,
Voler et piller nos terres.
 
Je m’adresse à ceux qui sont au pouvoir
Soyez maudits à jamais
Nous n’oublierons jamais ce qui s’était passé.
 
Le malheur nous accable,
Mon cœur souffre, mes frères sont toujours enchaînés
Ceux qui ont échappé à la mort sont emprisonnés.
 
Mes frères,
Intensifions notre lutte
Pour que nos chaînes se brisent.
 
Adaptation : Lhoussain Azergui
(Cette adaptation est un premier jet que je souhaitais partager avec les lecteurs. Toute  remarque ou proposition est la bienvenue. Merci)
 
Plus d’infos sur cet artiste cliquez ici et ici:

Vers la création d’un site consacré à la résistance amazighe

Mots-clés

, , , , , , , , , , ,


Depuis sa création en juin 2011, ce blog a enregistré plus de 7 000 visites. Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué à faire connaître ce blog consacré au résistant amazigh Zayd U Hmad Oumakhdach. Dans le but de mieux faire connaître la résistance des Imazighen contre la pénétration française et permettre plus de confort (côté navigation) à nos lecteurs, nous avons décidé de créer un grand site qui sera consacré à ce sujet. Nous comptons toujours sur vos participations (articles, photos, vidéos …).

Nous faisons appel à vous pour nous aider à trouver un nom de domaine facile à mémoriser. Parmi les noms proposés pour le moment : « résistanceamazighe », « mémoireamazighe » et « notremémoire ».

DOCUMENT/ARCHIVES DE L’ARMÉE FRANÇAISE : L’emploi de l’aviation au cours de la guerre du Rif, mai 1926

Mots-clés

, , , ,


Mai 1926. La révolte des tribus rifaines dure depuis cinq ans déjà. Face au pouvoir du Sultan marocain, soutenu au sud par l’administration coloniale française, et au nord par l’Espagne, Mohammed Ben Abd El Krim al Khatabi a entrepris à partir de 1921 le rassemblement des différentes tribus berbères du massif montagneux. Son projet est d’ériger une république indépendante du Rif. Après avoir chassé du Maroc la majorité des forces espagnoles, Abd-El-Krim se retourne, à partir d’avril 1925, vers le sud et la zone française. Les Rifains remportent alors de fulgurants succès contre les postes français, avant de tourner leur attention vers les villes de Taza et de Fez qu’ils approchent au cours de l’été. Pour les quelques garnisons françaises encore en place, la situation devient vite dramatique, et certaines préfèrent se faire sauter plutôt que de tomber entre les mains des Rifains.

Ordre d’opération

Les troupes françaises se rétablissent cependant in extremis, grâce à des actions désespérées dans laquelle l’aviation joue un rôle de tout premier ordre. L’arrivée des pluies puis de la saison hivernale bloque la poursuite des opérations et le remplacement du maréchal Lyautey par le maréchal Pétain incite Paris à attendre le printemps suivant et la collaboration des Espagnols avant de reprendre l’initiative militaire. Pétain abandonne alors la stratégie des colonnes volantes adoptée jusqu’ici par Lyautey, au profit de groupements tactiques interarmes qui lui permettent d’appliquer efficacement le principe de concentration des efforts…

Victimes des gaz toxiques dans le Rif

Déclenchée le 8 mai 1926, l’offensive franco-espagnole vise directement la capture d’Abd-el-Krim et rassemble du côté français six divisions et dix-sept escadrilles.

Ces unités aériennes appartiennent toutes au 37e régiment d’aviation (RA) et sont placées sous le commandement du colonel Paul Armengaud. Anciennement numérotées Vr 551 et F. 553, les 1ère et 4ème escadrilles du régiment sont équipées, comme la plupart des autres escadrilles, du biplan biplace Breguet 14A2, un appareil particulièrement robuste et polyvalent. En vue de l’offensive de mai, ces deux escadrilles sont détachées du 37e RA au profit du groupement tactique Dufieux, dont elles constituent le 1er groupe d’aviation, sous les ordres du commandant Blaize. Si l’état-major du groupe d’aviation demeure à Fez, la 1/37 est basée, elle, à l’est sur le terrain avancé d’Ain Aicha, tandis que la 4/37 stationne, plus à l’ouest, sur la plate-forme de Beni Malek. Une troisième escadrille est placée en réserve à Fez.

Ce document est conservé au Service historique de la défense (SHD/Paris) dans les archives de l’armée de l’Air, sous la cote 2 C 36. 

LU POUR VOUS : Comment le Maroc a été vendu ?

Mots-clés

, ,


Le protectorat n’a pas commencé en 1912, mais dès 1830. Endettés, menacés, dépassés, les sultans ont préféré brader le royaume plutôt qu’abandonner le trône. Enquête sur les secrets financiers et les intrigues politiques qui ont conduit le pays à la plus grande humiliation de son histoire. 

Le sultan alaouite trinque avec ses alliés français alors que les Imazighens subissaient le génocide dans les Atlas.

Il est a priori facile de dater l’histoire du protectorat : 1912 – 1956. Mais ce n’est qu’une apparence, une vitrine officielle. En réalité, l’histoire est plus longue et beaucoup plus complexe qu’on ne pourrait le croire. Quand, exactement, tout a-t-il commencé ? La réponse dépend des écoles. Politiquement, comme on peut le lire chez Abdellah Laroui, “l’Etat marocain a cessé d’exister à partir de 1880” (in L’Histoire du Maghreb), c’est-à-dire au moment où un rendez-vous important, la conférence de Madrid, a placé le royaume sous contrôle international. Militairement, le pays s’est effondré dès 1844, au lendemain de la bataille d’Isly. Economiquement, il a subi des récessions de plus en plus fortes tout au long du 19ème siècle.
Alors, quelle date retenir ? Consensuellement, la plupart des historiens s’accordent sur l’importance symbolique de l’année 1830. “C’est là, avec l’arrivée de la France en Algérie, que l’histoire marocaine a définitivement basculé”, résume le chercheur Mustapha Bouaziz. L’irruption brutale de l’Europe et de son cortège de valeurs agressives (ses armées, ses politiques, son système économique) a plongé le Maroc dans une sorte de purgatoire. C’est l’année où le compte à rebours devant aboutir à un protectorat en bonne et due forme est enclenché.

Quand le vent du nord a soufflé
Nous sommes donc en 1830, en plein cœur de ce siècle où la face du monde est en train de changer. Pendant que la révolution industrielle (chemins de fer, réseaux routiers, exploitation des sous-sols, développement maritime, matériel de guerre, etc.) et la croissance économique gagnent le monde occidental à toute vitesse, le Maroc vit en autarcie, fermé, jalousement replié sur lui-même. De l’intérieur, le pays bouillonne, soumis aux soubresauts d’une folle instabilité politique. L’anarchie régnante fait ressembler l’ancien empire à un homme au bord de la crise de nerfs. Les sultans se succèdent à un rythme frénétique. En un siècle, depuis la mort de Moulay Ismaïl, le pays a connu pas moins de 20 règnes. Certains sultans n’ont régné que quelques mois à peine, alors que d’autres ont pu, à la faveur de coups d’Etat et de renversements d’alliances, abdiquer avant de retrouver leur trône plusieurs années plus tard : à lui seul, le sultan Abdallah II a ainsi accumulé six règnes intercalés d’autant d’intermèdes.
Le pays est globalement coupé en deux : le bled Makhzen (plaines, ports, grandes villes) soumis à l’autorité du sultan, et le bled siba (montagnes) dissident. Les frontières entre les deux Maroc fluctuent selon la fréquence et la portée des harkas, les expéditions punitives menées par le sultan en personne.
L’organisation de la vie sociale repose sur des règles héritées du Moyen-Age. Agriculture, élevage et artisanat constituent l’essentiel de l’activité économique. Le volume du commerce interne est faible du fait de la difficulté du transport : les routes sont inexistantes et l’insécurité est telle que le pays ressemble à un ensemble d’enclaves. Les déplacements sont lents, coûteux et extrêmement dangereux. Les villes fonctionnent pratiquement sous un régime d’autonomie alimentaire et la campagne est contrôlée par les tribus locales. La vie sociale est par ailleurs rythmée par les cycles de famines et d’épidémies. L’enseignement est réduit à sa plus simple expression (le religieux) et reste confiné dans les médersas-mosquées. Et il n’existe d’autre médecine que la traditionnelle, à base d’herbes et de produits-miracles.

L’Etat, c’est le sultan
Et l’Etat dans tout cela ? Il existe, bien sûr, mais dans une configuration très éloignée des schémas alors en vogue de l’autre côté de la Méditerranée. Du hajib-chambellan au vizir de la mer (équivalent d’un ministre des Affaires étrangères), en passant par l’amine des oumana (ministre des Finances) et le wazir chikayate (ministre de la Justice), tous ont leurs bniqas-bureaux à l’intérieur du palais. Ce qui ne laisse guère de place au doute quant à la nature du système politique. L’Etat, c’est le sultan. C’est lui qui convoque ministres et conseillers à tour de rôle, rarement ensemble, c’est lui aussi qui nomme et contrôle ses représentants dans le pays profond, les caïds et pachas. Bien entendu, l’amalgame Etat-Sultan a une terrible conséquence : quand le roi mène bataille loin de son palais, c’est-à-dire la moitié de son temps, c’est pratiquement tout l’Etat qui est en berne et l’ensemble du pays est alors livré à lui-même.
On en vient à un autre point important, qui explique à lui seul l’extrême vulnérabilité du royaume chérifien : l’armée. En dehors de factions traditionnellement fidèles (les Boukhara, les Oudaïa, etc.), l’essentiel des troupes est fourni par ce qu’on peut appeler des “intermittents de la guerre” : des combattants occasionnels qui peuvent prendre part à une harka avant de rentrer, à la fin de l’expédition, dans leurs tribus respectives.
On comprend dès lors que cette armée, à l’état de forme aléatoire, à la motivation incertaine et aux effectifs si fluctuants, ait perdu pratiquement toutes les batailles dans lesquelles elle s’est engagée durant le 19ème siècle.

Les pauvres payent pour les riches
Examinons à présent le nerf de la guerre : l’argent. On verra là aussi comment l’organisation du “système financier” du royaume a été à l’origine de son asphyxie et l’a mené tout droit à la mise sous protectorat.
Avec un sous-sol riche mais largement inexploité (sel gemme, cuivre), les principales ressources se réduisent aux impôts et aux droits de douane aux ports. Entre le Makss, le Ma’ouna, la Naïba, la N’foula et la Jiziya, les droits et impôts sont si nombreux qu’ils constituent la première source de soulèvement populaire. En dehors de certaines corporations (les tanneurs à Fès), il n’existe aucun syndicat et aucun moyen de contrer l’arbitraire. La dissidence devient la règle. Un citoyen ou une tribu en colère, c’est un petit Maroc, un de plus, qui bascule dans le bled siba et constitue une nouvelle poche de résistance à l’autorité du “gouvernement” central.
Le phénomène est d’autant plus fréquent que les impôts ne sont ni généralisés ni équitablement répartis. Les Chorfa, tribus alliées et fidèles du sultan, en somme une partie de la bourgeoisie locale, en sont exonérées. Le schéma tient du cliché, ou presque : les pauvres payent pour les riches. Mais, comme nous le rappelle le chercheur Mustapha Bouaziz, “même les riches risquent à tout moment de perdre leurs biens s’ils en viennent à provoquer un coup de sang du sultan”.
La pratique de l’imposition fonctionne au mieux comme une caisse de compensation, au pire comme un gigantesque racket légal. Quand les villes, jadis florissantes grâce au commerce caravanier, sont asphyxiées par le déferlement des vagues européennes, le Makhzen se tourne vers la campagne, déjà pauvre, pour rançonner les tribus via de nouveaux impôts. On imagine aisément le climat social d’alors, avec des ports accrochés aux pieds de l’Europe et une campagne au bord de l’insurrection générale.

Un seul objectif : gagner du temps
Dans ce Maroc qui ressemble furieusement à une bombe à retardement, le commerce extérieur et les activités d’import-export restent une fenêtre intéressante. Probablement la seule. Mais elle est menacée par deux phénomènes récurrents : le monopole du sultan et la protection accordée aux intérêts européens. Le monopole sultanien (les négociants doivent s’affranchir d’un dahir d’agrément-délégation signé par le sultan et ne peuvent léguer aucun des biens accumulés) est un moyen de contrôler l’enrichissement des sujets marocains. “Le sultan accorde plus facilement ses agréments aux juifs au détriment des musulmans. A ses yeux, les juifs ne constituent aucune menace politique et peuvent par conséquent accumuler plus de richesses”, analyse Mustapha Bouaziz.
La protection accordée aux Européens, d’abord aux commerçants britanniques et français, ensuite à l’ensemble des pays occidentaux, crée une interminable série de désordres : l’exonération des taxes et impôts réduit considérablement les recettes de l’Etat, l’arrivée massive des produits européens tue l’embryon d’industrie locale et dévalue la monnaie nationale. Sans oublier que la protection étendue aux employés et aux relations marocaines de ces mêmes Européens est au final un sauf-conduit qui offre à des milliers de sujets la possibilité d’échapper financièrement, et même juridiquement, à l’autorité du sultan.
Les rois qui se sont succédé tout au long du 19ème siècle ont tenté, chacun à sa manière et avec des fortunes diverses, de circonscrire le mal. Menacés tant par la dissidence locale que par les incursions étrangères, obligés de se débrouiller avec un système économique en instance de mort, ils ont surtout cherché à jouer la montre. Le contexte international les y aidés. Parce que l’Europe a longtemps hésité entre deux attitudes possibles : la méthode anglaise faite d’une politique dite des comptoirs, privilégiant exclusivement les intérêts commerciaux, et la méthode française plus “volontariste” (occupation en douceur, à coups de fortifications militaires, de pénétration institutionnelle et de mainmise économique). Sans oublier la méthode espagnole, belliqueuse voire simplement brutale.

Colonisation, mode d’emploi
Ce Maroc exsangue, en pagaille, complètement désarticulé, incapable de se remettre en ordre de marche, a formidablement aiguisé l’appétit de ses voisins européens, voire de tout le monde occidental. Ce n’est pas pour rien que, au moment de débattre du “problème marocain” à Madrid, douze pays occidentaux, un total impressionnant, sont représentés. A côté des voisins immédiats que sont la France et l’Espagne, on retrouve des pays comme l’Autriche, la Norvège, l’Italie et même les lointains Etats-Unis. Tous se sont pressés à Madrid pour se partager au mieux le gâteau marocain. Le Maroc, premier concerné, est pour l’anecdote, sous-représenté et arrive, le jour J, sans aucune proposition concrète, prêt à ratifier ce que les puissances étrangères lui auront proposé. L’historien Henri Terrasse écrit à ce propos : “Les Belges fondaient au Maroc des entreprises économiques, les Etats-Unis pensaient à se faire céder l’îlot de Perejil (ndlr, le même qui a provoqué la violente crise Maroc-Espagne plus d’un siècle plus tard, en 2002), l’Allemagne commençait par financer les explorations de Rohlfs et de Lenz et, sous couleur d’un établissement pacifique, projetait d’augmenter sa place au Maroc (in Histoire du Maroc)”.
Classiquement, la pénétration européenne a fait appel à trois instruments. L’exploration sociologique via des missions d’explorateurs (Eugène Delacroix, Pierre Loti, etc.), d’abord dans le nord et le long des côtes, ensuite dans le pays profond, a permis d’établir une radioscopie aussi fidèle que possible de la société marocaine. La suprématie économique a permis de créer un nouvel ordre local et d’assujettir le royaume à un consortium de banques européennes. Et les frappes militaires ont détruit les quelques foyers de résistance et fait entendre raison aux sultans.
Le malheur du royaume a été que sa décadence a coïncidé, dans le temps, avec l’émergence d’une nouvelle idéologie : le colonialisme. C’est la tendance lourde de l’époque. Au point que même un intellectuel au-dessus de tout soupçon, comme le poète Victor Hugo, se fend d’une phrase restée célèbre : “Dieu offre l’Afrique à l’Europe. Prenez-la. Résolvez vos questions sociales, changez vos prolétaires en propriétaires”.
Le nouveau livre de Ali Benhaddou, L’Empire des sultans, qui vient d’être publié aux éditions Riveneuve, regorge de perles colonialistes. En plus de Hugo, l’auteur cite l’étonnant docteur Mauran, théoricien des races : “Si l’on trouve souvent le type du Maure pur, teint mat, nez busqué, œil noir et vif, barbe légèrement frisottante, dents grandes et espacées, haute taille, race de proie par excellence, il y a, à côté, des types qui déroutent et qui prouvent le croisement, l’abâtardissement de la race primitive, types indécis, épais et lourds, mulâtres à tous les degrés”. Le même Mauran, décidément intarissable, explique par ailleurs le malaise de “l’indigène” face à la modernité : “Ils sont encore loin de nous, loin comme ce passé qui les enserre d’un réseau atavique. Beaucoup ont voyagé et connaissent Marseille, Londres, Paris, l’Egypte. Dans l’étonnement où les plongea le spectacle de notre vie moderne, il entrait bien un peu de superstitieuse terreur et, quand nous les invitons à entrer dans la voie du progrès et de la civilisation, ils ont le vertige comme devant un gouffre insondable où ils craignent de sombrer corps et biens”. Les frères Tharaud, qui ont longtemps figuré parmi les conseillers du maréchal Lyautey, ne font pas dans la dentelle quand ils livrent à leur tour leur vision des Marocains : “Orgueilleux, fanatiques, corrompus, corrupteurs, jaloux les uns des autres, toujours prompts à la critique et peu enclins à reconnaître les services qu’on a pu leur rendre. Ce qu’ils font aujourd’hui est tout pareil à ce qu’ils faisaient hier. Beaucoup de luxe, aucune invention, trop paresseux pour conserver, trop peu doués pour inventer”.

France-Espagne : deux gendarmes pour le royaume
Si le vent du colonialisme a emporté des gens raisonnables et de brillants esprits humanistes, donnant lieu à d’épouvantables théories sur l’inégalité des races, c’est qu’il s’est toujours drapé d’une mission civilisatrice. Coloniser, c’est (se) développer. Le concept relève de la doctrine nationale dans tous les pays d’Europe nouvellement industrialisés. Pour faire passer la pilule aux rares récalcitrants, l’idée est alors d’exagérer les traits de la future colonie, dépeinte comme un pays riche mais inexploité, dominé par des barbares sans foi ni loi. La recette fonctionne et l’opinion publique épouse les vues de ses dirigeants.

Après avoir longtemps buté sur le veto de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne, la France et l’Espagne profitent de l’internationalisation du problème marocain pour occuper définitivement le terrain. Le fruit chérifien est mûr, il menace de tomber à tout moment en cette fin de 19ème siècle. Les sultans ont accumulé suffisamment de dettes auprès des banques européennes : pour payer les tributs de guerres perdues, compenser l’assèchement de la manne fiscale… et maintenir leur train de vie fastueux (Moulay Abdelaziz, qui a régné entre 1894 et 1908, a même établi des records de dépenses inutiles). La faillite économique justifie à elle seule la mise sous scellés de l’administration marocaine.
La France et l’Espagne se partagent logiquement le royaume dans une sorte de concession-délégation offerte par l’ensemble des puissances occidentales. Si l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont fini par abdiquer au profit de leurs deux voisins du sud, c’est avec la garantie que la France et l’Espagne sécurisent les circuits commerciaux sur le sol marocain. En somme : un Maroc développé, doté de routes sûres et de moyens de transport modernes, est le moyen le plus sûr d’offrir une plus-value économique tant convoitée par les Européens.
C’est ce schéma qui a conduit le Maroc, après plusieurs siècles d’indépendance, à capituler officiellement en 1912. Déjà à terre, les mains et les pieds ligotés, le double protectorat qui lui est imposé apparaît même, comble de l’ironie, comme le seul moyen de le “sauver”.

 

Paroles de sultan. “Je veux aller me reposer en France…”

Sur les circonstances entourant la signature, par Moulay Hafid, du traité de protectorat, Ali Benhaddou rapporte, dans L’empire des sultans, deux anecdotes croustillantes.
“Moulay Hafid, le traditionaliste, est profondément secoué. Arrivé au pouvoir comme symbole de la résistance aux étrangers, il ne peut admettre d’être le sultan des Français. Obsédé par cette pensée morose, il interroge son interprète et conseiller diplomatique, Kaddour ben Ghabrit, érudit, compétent, grand serviteur de la France, futur directeur de l’Institut musulman de Paris :

• Pourquoi les Français restent-ils sur la côte marocaine ?

• Pour maintenir l’ordre et la sécurité, lui répond-il.

• Je comprenais cela au temps de mon frère qui était un souverain sans force, mais moi, je suis capable tout seul de maintenir l’ordre dans mon Etat.

• Les Français se rendront bien compte qu’il ne s’agit que d’une occupation provisoire, ajoute le conseiller.

Moulay Hafid le regarde longtemps, hoche la tête et dit :

• Quand Allah a créé la Terre, il a dit aussi que cette création était provisoire !

Gagné par le scepticisme, soumis à de fortes pressions, Moulay Hafid proteste d’abord, menace d’abdiquer, puis, dans la matinée du 30 mars 1912, finit par signer le Traité de protectorat. Le dernier jour de son règne, il déclare, résigné : “Je voudrais bien aller en France pour retrouver la paix et la sérénité”. Ce qui fut fait sur-le-champ”.

 

Chrono. Les dates-clés

• 1830. la France occupe l’Algérie et a du mal à cacher ses visées marocaines. Lyautey, architecte du protectorat, dira un jour : “Qu’on le veuille ou non, le Maroc est un brûlot aux flancs de l’Algérie et, à moins d’évacuer celle-ci, il faudra forcément y intervenir, car son anarchie a une répercussion étroite sur notre autorité et nos intérêts algériens”.

• 1844. Moulay Abderrahmane perd la bataille d’Isly contre la France. Seule la particularité du contexte international retarde, alors, l’occupation du pays. Mais les traités commerciaux se multiplient, ouvrant l’économie à la domination progressive de plusieurs puissances occidentales (Grande-Bretagne, France, Portugal, Espagne)

• 1845. Signature du traité de Lalla Maghnia, qui fixe les frontières maroco-algériennes. L’Algérie étant sous administration française, le royaume est dans la contrainte de céder une partie de son territoire oriental.

• 1851. C’est la famine au Maroc. Deux vaisseaux battant pavillon français mouillent dans le port de Salé. Ils sont chargés de blé et sont aussitôt pillés. La France bombarde Salé en représailles.

• 1860. Mohammed IV perd la bataille de Tétouan contre l’Espagne et fait appel à la Grande-Bretagne pour retarder une nouvelle fois l’occupation. Mais il est obligé, en retour, de payer un tribut à ses vainqueurs espagnols : une grande somme d’argent qu’il met deux ans à rassembler, un laps de temps durant lequel l’Espagne occupe et contrôle entièrement la région de Tétouan.

• 1880. Moulay Hassan 1er ratifie malgré lui les accords de la conférence de Madrid à laquelle douze puissances occidentales ont pris part. C’est le début du protectorat économique.

• 1902. Le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP, un géant de la banque, ancêtre de BNP Paribas) investit le Maroc, adossé à la Banque de Paris et des Pays-Bas. C’est tout le système financier du royaume qui change de visage, mais aussi de mains, passant des amines-comptables aux banquiers européens.

• Février 1912. Un mois avant l’officialisation du double protectorat franco-espagnol, les banques européennes fondent déjà la “Compagnie générale du Maroc”.

 

Une époque, un monde. Les révolutions du 19ème siècle

Deux événements majeurs ont marqué le monde au courant de ce siècle riche en bouleversements. La révolution industrielle et le colonialisme. Les deux sont étroitement liés puisque l’industrialisation de l’économie a rapidement créé une pénurie en matières premières qui a ouvert la porte à la conquête de nouveaux marchés, vierges de toute exploitation : les colonies. La Grande Bretagne a été, bien entendu, la pionnière en la matière, développant son économie et dominant le monde dès la fin du 18ème siècle. Elle a été suivie par le reste des puissances européennes tout au long du siècle suivant. Le colonialisme est alors apparu comme un débouché naturel, un besoin légitime. Pour la première fois dans l’histoire humaine, la croissance économique est devenue un moyen de conquête aussi sûr que la puissance militaire. Le Maroc, dans ce monde alors divisé en deux (les puissants et les colonisés), ne pouvait guère échapper à son sort. Il a rejoint, après une lente descente aux enfers, le long peloton des dominés. Quant au caractère tardif de la colonisation, il tient plus du miracle (les interminables querelles entre les puissances européennes sur le partage du “gâteau” chérifien) que d’une quelconque résistance interne.

 

Sélection. La biblio idéale

Charles de Foucauld (Reconnaissance du Maroc, 1888)

  •  Pierre Loti (Au Maroc, 1890)
  •  Charles-André Julien (Histoire de l’Afrique du Nord, 1931)
  • André Maurois (Lyautey, 1935)
  • Henri Terrasse (Histoire du Maroc, 1949)
  • Brahim Boutaleb (Maâlamat Al-Maghrib et Histoire du Maroc, 1967)
  • Abdellah Laroui (L’histoire du Maghreb, 1970, et Les Origines sociales et culturelles du nationalisme marocain, 1977)
  • Germain Ayache (Etudes sur l’histoire du Maroc, 1979)
  • Mustapha Bouaziz (Les nationalistes marocains au 20ème siècle, Chapitre 1, thèse de doctorat, 2010)
  • Ali Benhaddou (L’Empire des sultans, chapitres 1 et 2, 2010)

Source : Tel Quel